Le Bel Âge

Publié le par Antoine


"Essayez de baiser une femme de 40 ans,
vous connaitrez le bonheur de vous accrocher à ses hanches grasses,
le résultat de plusieurs grossesses".


Je vais peut-être passer sur le fait que mes parents sont tombés dessus vu que j'avais laissé cette phrase sur un post-it en plein milieu du bureau de l'ordinateur.

En tous cas, je ne peux dire qu'une seule et unique chose: l'auteur de cette phrase - ce n'est pas moi, mais ça aurait pu - a sans aucun doute raison.

J'ai choisi cette citation pour introduire mon article du jour. Car j'ai pris une petite résolution (même si je sais qu'elles ne sont jamais tenues). Je vais tenter d'écrire le plus souvent possible sur le blog, même si je ne le pourrais pas tous les jours, étant donné que je n'ai pas d'ordinateur personnel. La tache est donc plus ardue.
Vous remarquerez aussi que j'ai remasterisé le blog aux couleurs hippies. Après un passage dans le noir et le gris de la vie, j'ai décidé d'entrer dans les couleurs de la vie (du moins en ce qui concerne le blog). Non, attention, inutile de vous enflammer, je ne suis pas devenu un genre de baba-cool qui se promène pieds nus à longueur de temps (même si c'est le cas) et qui fume du cannabis dans ces moments perdus (bientôt bientôt lol).
J'ai viré aussi les musiques et sons précédents, assez durs et secs, et les ai remplacé par du youkoulélé et de la cithare, plus exotiques. Prenez de l'encens ou toute autre merde identique et cancérigène (important ça, que ça bouffe les poumons), asseyez vous en tailleur, de préférence à l'aise dans un vieux pantalon en toile de jute, et faites du yoga et de la méditation sur ces airs. Vous verrez, vous vous en ressortirez grandis.

Donc je parle, je parle, mais je n'avance pas dans mon sujet: le bel âge. Ah ... Le bel âge ... Ne croyez pas immédiatement que je vais encore parler comme un déluré avide de chair nouvelle (- Et ce n'est pas le cas. - Tant mieux. Vous avez faillit me convaincre). La phrase était intéressante, et il me semble que c'est Michel Fugain qui l'a sortie, mais c'est pas sûr. En fait, ça concernait sa vision hippie dans sa jeunesse et il en faisait l'éloge. Enfin ... Si ce n'est pas lui, la personne qui l'a dit en faisait l'éloge.
Et ça parlait  de communautés et d'autres trucs dans le genre, du partage de la nourriture au partage du sexe. C'était marrant. La seule chose qui est peut-être à regretter dans ce phénomène, c'est l'essor de la drogue dure et donc de toutes ces conséquences sur les personnes en premier lieu, mais aussi sur l'image du mouvement. Une comédienne connue dans son milieu (en gros, pas par moi) disait qu'elle avait perdu les trois quarts de ses amis quand elle était hippie, presque tous morts des suites de la drogue. Et c'est peut-être là le talon d'Achille de ce grandiose mouvement qui a engendré Woodstock.
J'aimerais rendre un bref hommage au nomade que nous avons croisé lorsque nous vendions des brioches pour les classes (d'ailleurs ce jour mériterait un article, vers le 28 juin probablement). Il est venu squatter avec nous. Il s'est installé sur le bord du rond point, avec son mini-van, a sorti sa chaise longue en bois et en tissu. Il était habillé un peu comme un baba-cool et avait l'air, c'est le cas de le dire, très cool. On a même appris qu'il entretenait une relation peu catholique avec une fille qui avait un copain, et il a monté tout un stratagème pour l'appeler sans se faire pécho par son mec. Un grand homme. Je veux dire, pas grand comme l'a été De Gaulle ou Napoléon (par pitié ne me sortez pas un vieil anglais aristocrate, à moins qu'il ne s'agisse de Churchill), mais grand dans son milieu tout de même.

J'achève ici cet article, mon attention s'est portée ailleurs sur Wikipédia et Facebook. A bientôt pour de nouvelles aventures, et surtout beaucoup de nouvelles conneries.

Commenter cet article

Tom 24/05/2009 20:19

Peace and loveJ'attends avec impatience les nouvelles conneries