Cuillère de Miel

Publié le par Antoine

[retranscription d'un article écrit la veille non posté pour raison de bug internet]


Contrairement à ce que j'ai dis sur fa c'est beau ook, je ne me suis pas isolé avec mon verre de Cosmopolitain ce soir, en regardant Ugly Betty tout en me lamentant sur mes idées noires. J'ai finallement opté pour le pot de miel. A défaut de me plonger dans le vodka/crème de cassis/quelques gouttes de jus de citron frais, je me noyé dans le nectar des abeilles. Je ne deviendrais donc pas dépendant de l'alcool mais dépendant des sucres (et attention, quiconque osera me dire que de toute façon je suis déjà dépendant des deux, je l'assomme, le broie et le mange de la même manière que je rêvais de cuisiner les pommettes de notre regretée Anne).

Voilà plusieurs jours que je me couche assez tard, entre 3 et 4 heures du mat, pas du tout fatigué. Ce n'est pas seulement du au fait que je me lève tard et donc que je suis décalé, mais aussi parce que je "redoute" le coucher tout comme les vieux le redoutent, de peur de mourrir. Oh, ce n'est pas cette peur là qui m'effraie le plus, pas encore du moins... Je veux prolonger la journée le plus loin possible. Le temps ne doit pas s'écouler, le temps doit rester, et ne pas m'oublier en chemin.

Et dans tout ce méli-mélo de pseudo relations conflictuelles et d'envies soudaines, moi je me perds dans les méandres de esprit, ne sachant exactement où aller et surtout où débarquer. Je tends les doigts vers l'inconnu en essayant de tâter le chemin, histoire de pas me rétamer lamentablement.
J'avais réussi à effacer les images qui me hantaient et qui avaient entraîné chez moi quelques sautes d'humeur et quelques déboires alcooliques il y a peu de temps, mais j'ai eu le malheur - ô grand damne - de me les rappeller volontairement, comme si je n'avais rien d'autre à faire que de me blesser volontairement. Et hop, une cuillère de miel qui m'arrache un petit peu plus la gorge. S'ouvrir les veines pour se vider de son sang et sentir notre corps nous quitter.

Je veux bien essayer de suivre la devise de ma marraine, qui fut - on peut le dire - dans cette nécessité, mais je crains de ne pas pouvoir. Question que vous sachiez de quoi je parle, je vais quand même vous l'écrire: "je positive pour m'attirer le meilleur", suivie d'un grandiose "c'est mon crédo". Et bien ce n'est pas le mien, du moins plus le mien (et encore, je ne sais pas si ça l'a été). Positiver, voilà un bien grand mot! Mais il existe des situations où positiver ne sert pas à grand chose, surtout lorsque c'est pas la "positive attitude" qui va résoudre les problèmes que l'on se donne soi-même.

Bien bien, je ne voudrais pas vous ennuyer avec mes histoires qui ne vous intéressent pas. Il est 3:28 du matin, je ne sais quoi faire, et je vais aller glandouiller sur internet encore un peu. En attendant, moi, j'écoute quelques musiques jouables pour un beau et romantique mariage (et diable, pitié ne vous mariez pas tous en même temps dans les dix années à venir, pour qu'on puisse étaler les soirées, et ne devenez pas non plus des copies de ces vieux couples emmerdants dont la vie rythme avec métro-boulot-dodo, parce que franchement, aller bouffer un barbec le dimanche midi chez vous, vous voyez, ça m'emmerde déjà, vous vous imaginez vraiment pas comme je suis déjà fatigué de voir tout vos mômes brailler, courir, saloper tout le carrelage, chouiner pour un rien et les autres dire "c'est pas moi", ou voir les conversations se résumer à "mais qui a trop fait griller les merguez", et en plus j'aime pas les merguez, trop piquantes, enfin bref, on sen fout et on s'en balance).

Bons baisers de la salle à manger.

Commenter cet article

Celestine 09/07/2009 00:38

Je soutiens entièrement tes divagations nocturnes.Je me couche aussi tard que toi et je me noie dans un pessimisme profond. C'est de fait la nuit que j'écris ce commentaire (pas encore trop tard je te l'accorde) et que l'envie de bloguer de nouveau me reprend. Je cherche l'inspiration dans le souffle des êtres endormis, mais il est trop putride pour me donner envie d'écrire de belles choses.Adieu

Antoine 09/07/2009 21:46



Le souffle des êtres endormis est trop putride... Alors écris de moches choses, si telle est ton inspiration.



anonyme 08/07/2009 22:00

Ha dépressio quand tu nous tiens v!