Archéologie Grecque de l'Attique

Les premiers signes de vie ont été retrouvés dans la région du Laurion, datant d'entre 30000 et 10000 av. J.C.. C'est avec l'âge du bronze qu'on retrouve des preuves archéologiques de peuplement, notamment sur l'Est de l'Attique.
Vers 2000 à 1600 av. J.C., une nouvelle population introduit le cheval, mais surtout la langue grecque. On observe alors un essor de la population. Apparaît aussi le culte polythéïste, et plus particulièrement celui d'Athèna.
Entre 1600 et 1100 av. J.C., à l'époque mycénienne, on observe un riche développement. On retrouve beaucoup de tombes de cette époque. C'est aussi de cette période, qualifiée d'âge héroïque, que l'on fait remonter les légendes des fondations d'Athènes et des grands rois (Egée, et Thésée qui unifia l'Attique, d'où le synécisme de cette région).
Les vestiges archéologiques sont surtout de l'habitat et des tombes. Les fortifications apparaissent dès 1250 av. J.C., de même que les palais (Argolide). Athènes devient un centre prospère.
A partir de 1100 av. J.C., avec les âges obscurs, on observe une période à vide, où il ne se passe rien. On ne dispose que de très peu de vestiges de cette époque. On n'identifie pas clairement l'habitat par exemple, et les tombes restent pauvres.