Introduction - A travers les rites funéraires

Tout d'abord, il convient de délimiter dans le temps et dans l'espace la période que l'on appelle celtique, mais aussi de lui attribuer les bons attributs.

On peut approximativement déclarer que l'origine du monde celtique remonte au IXème siècle av. J.C., à la même époque où nos amis les grecs faisaient face à une période appelée "Dark Age" par les anglophones. La civilisation celtique s'étend sur toute l'Europe, de l'Islande aux rives de la Mer Noire. S'ils sont sédentaires, ils bougent tout de même de temps en temps. Ils disparaissent peu à peu avec les conquêtes romaines. Au 1er siècle de notre ère, seules l'Irlande et l'Ecosse font face à l'Empire Romain. C'est avec la christianisation et toutes lers transformations qu'elle implique que les celtes vont finir par disparaître en tant que civilisation à part entière.

Je crois qu'il est nécessaire de rappeler que les celtes, dont font partie les gaulois au même titre que les galates (Asie Mineure) ou les celtibères (péninsule Ibérique), n'ont jamais élevé de menhirs ni de dolmens. Bref, plus clairement, les mégalithes ne datent pas de l'époque celtique. J'aime beaucoup Astérix et compagnie, mais c'est une idée faussement véhiculée. Les gens ont de nos jours une vision stéréotypée du celte. Ce ne sont pas spécialement de bons buveurs ou de fins amateurs de sangliers (de plus que cet animal était parfois vénéré, et sa viande n'était consommée que par la plus haute élite).

A propos des pratiques funéraires, on observe qu'elles restent assez différentes de toutes celles connues jusqu'alors. Des restes humains sont retrouver dans des espaces qu'on pourrait appeler cimetierres, mais aussi dans des lieux culturels, religieux ou tout simplement dans des habitations. Les os sont empilés, parfois de manière cubique, et servent de foyer où viennent brûler d'autres restes humains. L'hypothèse avancée est alors qu'il s'agit le plus souvent d'offrandes ou de monuments de culte.
Le mot "nécropole" (ville morte) ne peut être utilisé pour parler des lieux de sépultures celtiques. Il n'y a en réalité que très peu de villes celtes, et les rares zones mortuaires ne comptent que peu de morts. Les celtes, considérés comme barbares (rappelons qu'est considéré comme barbare aux yeux des grecs toute personne qui n'habite pas en Grèce  (Antique) ou ne parle pas le grec, ceci étant repris par les romains à tous ceux vivant hors des frontières), peuvent enterrer leurs défunts dans les villages, dans les lieux publics, et non uniquement à l'extérieur des villes (contrairement à la loi romaine selon laquelle personne ne peut être inhumé dans le Pomerium).
On note que dans la croyance le monde des morts n'est pas le pur reflet de celui des vivants. Les objets avec lesquels les gens se font enterrer n'ont pas une utilité en soi. Ils ne sont en effet pas forcément utilisés par le défunt de son vivant. Les sépultures sont donc idéalisées et montrent l'idée que l'on se faisait du monde des morts, un monde visiblement meilleur.
Tous ne se font pas enterrer dans des sépultures "classiques". Prenons un exemple atypique: le silo à grain. Après avoir été utilisé, le silo, qui est tout simplement un trou creusé à même le sol (les grains s'auto-protègent en fermentant sur les bords), trouve une utilité en tant que poubelle. Toutefois, il est parfois recyclé en tombe dans laquelle on dépose le corps sans se soucier particulièrement de sa mise en place (les os sont retrouvés, par exemple, déconnectés les uns des autres). Comme il a été vu, les chambres funéraires contiennent des objets du défunt, mais également d'autres offerts comme dons. Notons enfin qu'on retrouve la plupart du temps ces chambres funéraires amenagées dans des tumulus (on ne creuse pas dans la terre, mais on en recouvre la chambre). Il y a donc une forme de hiérarchie dans la sépulture: les plus riches sont entérrés dans des chambres sous tumulus avec des objets, contrairement aux pauvres qui sont simplement ensevelis sous terre sans réelle cérémonie apparente. Les celtes, s'ils se considèrent du même peuple, font toutefois une différence hiérarchique.

On a fait des Celtes, et plus particulièrement des Gaulois, les grands ennemis de Rome. Or, ça n'a pas toujours été le cas. Certains peuples celtes ont en effet été favorables à l'expansion romaine. Le brassage des populations a donc bien eu plus tôt que ce que l'on peut s'imaginer, ce qui fait qu'aujourd'hui peu de gens peuvent se prétendre descendant direct des Gaulois.  L'espace créé par César, la Gaule, correspond-il exactement aux populations qui l'habitent? Car cet espace est en effet occupé par les Gaulois, mais aussi par les Belges et les Aquitains. Chaque peuple n'a pas forcément la même langue ni les mêmes coûtumes. Les Celtes sont la principale civilisation, le principal groupe ethnique, du temps de la Gaule de César.