Prospection Terrestre

La prospection au sol est la plus courante. Elle peut aussi être appelée prospection à vue. Elle s'effectue sur un terrain délimité. Son but est de comprendre la logique de l'occupation des sols. Sur un champs labouré (sol nu), c'est entre novembre et avril que le matériel remonte à la surface. Si une concentration assez importante d'objets est retrouvée, on considère qu'on a trouvé un site (objets d'intérêt archéologique, il s'entend, car on peut trouver nombre de merdouilles inutiles, de la petite cuillère en plastique à l'écuelle de métal du voisin). En milieu non labouré, on relève les anomalies de paysage.
Pour gagner du temps, on divise la plupart du temps le terrain. Inconvénient: on dépend de la météo qui peut être très capricieuse, mais aussi de la sensibilité viuelle de l'archéologue, qui varie d'un individu à un autre. Avantage: outre l'économie faite, on a une vision globale de l'occupation des sols sur une large étendue. Le terrain est donc découpé en longueurs. Les chercheurs avancent pas à pas dans le sens de ces découpes et relèvent les moindres objets trouvés. Ils peuvent également partir d'un point donné sur le terrain, et s'éloigner les uns des autres à partir de cet endroit.

Les sites préhistoriques et médiévaux ne sont que rarement découverts, ne donnant que peu de vestiges (donc peu de remontées en surface. La plupart du temps, on se contentait de faire des dépotoirs de restes, surtout alimentaires, qui ont bien sûr disparus aujourd'hui, sauf cas de conservation rare et extrême). Il s'agit donc, le plus souvent, de sites antiques, pré-médiévaux ou post-médiévaux.

On utilise aussi des techniques de prospection géophysique (méthodes électrique, magnétique et de radar). Elles sont utilisées pour éclaircir les sous-sols sans devoir creuser (et donc détruire les couches supérieures). La méthode électrique détermine la résistivité électrique, ce qui permet donc de savoir si on est en présence d'un obstacle ou non (un mur a une plus grande résistivité électrique que de la simple terre). La résistivité magnétique mesure le champs magnétique de la terre, et ce sont les différences de magnétisme qui permettent de supposer de la présence de quelque chose ou non. Enfin, le radar est un mécanisme qui, je le pense, n'a pas besoin d'être très expliquer: il envoit tout simplement des ondes qui vont être réfléchies s'il y a un obstacle.